Fleury Logo

Victor Brauner

1903-1966
Peintre et sculpteur, Victor Brauner, né en 1903 à Patra Neamt, petite ville des Carpates en Roumanie, est un acteur essentiel du surréalisme, mouvement auquel il adhère en 1932. Membre actif des avant-gardes à Bucarest durant les années 20, c’est à Paris, ville qu’il visite périodiquement dès 1925 pour s’y installer définitivement en 1938, qu'il fait les rencontres décisives qui marqueront la suite de son parcours artistique : Brancusi, Yves Tanguy, Max Ernst, René Char, et bien sûr André Breton, théoricien et chef de fil du mouvement, qui l’adoube et considère qu’il est « […] à la tête d’une oeuvre magnifique - de loin la plus importante réalisée à Paris, […] sans doute d’ailleurs la seule qui compte. »

De son enfance auprès d’un père féru de spiritisme, le jeune Brauner conserve et entretient un goût profond pour les mondes cachés, mystérieux, occultes, ésotériques, autant de dimensions qui nourrissent intensément son imaginaire pour mieux irriguer son oeuvre. La perte de son oeil en 1938 rend prémonitoire son autoportrait énucléé, peint sept ans auparavant. Naît alors chez lui la conviction qu’il voit delà du visible, par une sorte de pensée magique, ce qui accentue son aura de grand mystique et de « peintre voyant ».

De fait, le monde de Brauner est peuplé de chimères, d’êtres humains aux corps hybrides, réinventés, d’animaux symboliques, de protubérances érotiques, toute une matière vivante qui est pour lui la base d’un langage donnant accès non pas au réel, mais à ses dimensions cachées. Cet imaginaire bouillonnant, en évolution constante, prend vie sur une grande variété de techniques et de supports qui traduisent ses recherches successives: peintures sur toile, sculptures en plâtre, dessins à la bougie, objets détournés.

Offrant une vision cryptique du monde, l’oeuvre complexe et multiple de Brauner fait écho aux grands tourments du XXe siècle. Elle s’expose dès les années 30 à Paris lors des manifestions surréalistes ou d’expositions personnelles, dès sa première à la Galerie Pierre en 1934. Mais c’est après-guerre que le temps de la reconnaissance arrive pour Brauner. Parmi les expositions importantes, celle à la Galerie Maeght en 1947, où il présente son être-objet « le Loup-table », signe son départ du groupe surréaliste. Il continue d’exposer à Paris, à la galerie Pierre Loeb, et chez Alexandre Iolas à New York. En guise de consécration, la France le choisit pour la représenter à la Biennale de Venise en 1966, l’année de sa disparition.

Les oeuvres de Brauner ont intégré les grandes collections d’art moderne : celles du Centre national d’art et de culture Georges-Pompidou, à Paris, du Musée d’Art Moderne de Paris, de la Peggy Guggenheim Collection à Venise, ou du Museum of Modern Art, à New York, première collection à intégrer une de ses oeuvres, en 1949.

Lire plus

“Chaque dessin, chaque découverte sera un extraordinaire lieu inconnu, chaque tableau sera une aventure.”

Victor Brauner, Écrits et correspondances, 1938-1948, C. Morando et S. Patry (éd.), Paris, Centre Pompidou / INHA, 2005

Artiste emblématique des images insolites, des prémonitions et figures chimériques, le peintre Victor Brauner s’inspire des arts primitifs pour exprimer ses sentiments sur la toile. Nous distinguons largement dans ses œuvres l’influence de l’art égyptien, notamment dans ses portraits de profil représentant des femmes au regard étiré. Les Indiens Hopi et leurs masques sont également une grande source d’inspiration pour l’artiste qui utilise les motifs colorés et géométriques dans de nombreuses compositions

Luc Joubert, L’atelier de Victor Brauner à Varengeville, [c. 1966], Fonds Brauner, BRAU 127

Vidéo : Réalisation et mise en scène Fabrice Maze, ©SevenDoc

Victor Brauner est l’une des figures majeures et sans doute la plus énigmatique du mouvement surréaliste auquel il adhèrera en 1933 après son installation définitive en France. Durant son enfance, deux événements majeurs vont le marquer profondément.

Le premier est le passage de la comète de Halley dans lequel le père de V. Brauner y voit le signe de la fin du monde. Le second ce sont des séances de spiritisme organisées dans la demeure familiale auxquelles Victor assiste en cachette. Cet univers magique et superstitieux ne l’abandonnera jamais et imprégnera par la suite sa création artistique. Victor Brauner empruntera à de nombreuses traditions tout en inventant sa propre mythologie où se côtoient des sculptures, objets, peintures, toutes chargées d’une intention. Son oeuvre nous invite à une véritable initiation alchimique de l’image.

“Devant la peinture actuelle de Victor Brauner, ma joie participe du sacré.”

André Breton

Oeuvres

Victor Brauner

Moulure modifiée n°3, 1956
Huile sur toile
65 x 54 cm | 25 5/8 x 21 1/4 in.

Victor Brauner, La Vénus Dema

1955

Victor Brauner, Le Matin

1962

Victor Brauner, Personnage

1949

Expositions

Foires

Actualités

Surrealism Beyond Borders

11 Octobre 2021 - 30 janvier 2022

The Met Museum

A telephone receiver that morphs into a lobster. A miniature train that rushes from a fireplace. These are just a few of the familiar images associated with Surrealism, a revolutionary idea sparked in Paris around 1924 that asserted the unconscious and dreams over the familiar and every day. While Surrealism could generate often poetic and […]

Surrealism Beyond Borders

Victor Brauner l Je suis le rêve, je suis l’inspiration

18 septembre 2020 - 25 Avril 2021

Musée d'Art Moderne de Paris

Le Musée d’Art Moderne de Paris consacre à Victor Brauner (1903-1966), figure singulière du surréalisme, une importante monographie regroupant plus d’une centaine d’œuvres, peintures et dessins, dont certaines montrées en France pour la première fois depuis la dernière rétrospective à Paris au musée national d’art moderne en 1972. Le parcours chronologique de l’exposition permet de […]

Victor Brauner l Je suis le rêve, je suis l’inspiration