Fleury Logo

Picasso, Miró, Calder | Amitiés & résonances

12 octobre - 25 novembre 2023

L’exposition «Picasso, Miró, Calder | Amitiés et résonances» célèbre l’impact incommensurable de trois géants de l’art moderne sur le paysage artistique du 20e siècle – Trois génies aux regards portés vers la simplicité, trois visions poétiques emplies d’humour et de dextérité. Influencés par l’effervescence de la vie parisienne au début du XXe siècle, ces trois artistes assistent à l’émergence des avant-gardes et de l’abstraction avant de façonner chacun à leur manière un nouveau mode d’expression. Dans leur art, tout est magie et jonglerie entre espace, ligne et équilibre.

Un des moments les plus fondateurs d’amitiés et de résonances entre ces hommes est certainement lorsqu’ils exposent ensemble au sein du Pavillon espagnol en 1937 à l’occasion de l’Exposition internationale de Paris. La Fontaine de Mercure de Calder, Le Faucheur de Miró et le fameux Guernica de Picasso, sont des œuvres emblématiques, qui marquent leur engagement pour dénoncer les violences franquistes et les horreurs de la guerre en Espagne.

« Faut-il peindre ce qu’il y a sur un visage? Ce qu’il y a dans un visage? Ou ce qui se cache derrière un visage? »

 

Pablo Picasso

Espagnol, catalan et américain, Picasso, Miró et Calder étaient des contemporains qui ont choisi de fréquenter les mêmes scènes à Barcelone et à Paris. Lors de leurs rencontres à Paris dans les années 20, la ville est en plein essor artistique. Ces trois artistes puisent de leurs diverses inspirations afin d’alimenter leurs recherches sensorielles et émotionnelles pour aboutir au développement d’un art où la ligne sera le fil conducteur. Cela leur permettra de nombreuses expérimentations, pour créer une forme, une sculpture ou encore une silhouette. Ils abolissent toute frontière entre le sujet et l’objet, ainsi les possibilités de réinterprétation se démultiplient. Ils s’affranchissent du conventionnel, revisitent les supports et les techniques en abordant de nouveaux concepts qu’ils tentent de matérialiser. Le trait et le dessin défient l’espace, l’équilibre s’oppose au vide, la couleur pure stimule le regard.

 

Fascinés par la fantaisie, le bestial, le rêve, l’enfance, le cirque, les cieux, la féminité, le soleil… Picasso, Miró et Calder étaient faits pour se rencontrer. Leurs œuvres abordent des sujets communs en développant avant tout un dialogue visuel. Ils renouvellent radicalement notre façon de percevoir l’art en explorant la figuration et l’abstraction. Lorsque l’on confronte leurs œuvres, il en ressort les mêmes impressions, que ce soit en peinture ou en sculpture, une habileté innée à maîtriser le temps, l’espace et le vide. Leur créativité et leur polyvalence les mènent à l’utilisation de lignes entrelacées et ininterrompues pour créer des formes et des créatures à travers un jeu coquin et enfantin.

Un insecte de Miró pique, un serpent de Miró est dangereux, venimeux. Qu’il exprime bien les angoisses de notre époque! Chez Calder, les mêmes figures sont sereines […]. Un insecte de Calder rit, un ver de Calder danse, un serpent de Calder fascine, séduit, – c’est le serpent doré de l’Eden. Conscient des dangers dont ils peuvent menacer les hommes, il est aussi de leur droit d’exister. Voyant au-delà de l’immédiat, du provisoire, il nous donne de la joie aujourd’hui – et de l’espoir pour demain.

 

Nicolas Guppy, « les gouaches de Calder », dans Calder, Derrière le miroir, n°156, Maeght éditeur, Paris, février 1966, p12.

Grands rêveurs, chacun de ces trois artistes ont leur propre façon de réagir et de répondre à l’environnement instable et chaotique en train de se forger en Europe. Si la vision optimiste de Calder est contrebalancée par celle plus sombre de Miró, Picasso se retrouve entre les deux balançant d’un côté à l’autre. Ce dernier se voit dans l’artiste catalan disant de Miró que « nous habitons dans le même monde » sans pour autant perdre son œil espiègle et enjoué. À deux spectrum émotionnels opposés, la communion qui existe entre Miró et Calder est pourtant incontestable. Leur résonance était si évidente que les mobiles de Calder ont été décrits en 1936 par le New York Times comme des « abstractions vivantes de Miro ».

La modernité est une tendance qui incite l’être humain à  modifier les conditions de son existence, moderniser devient alors  une énergie vitale, une sorte de pulsion. Les grands artistes se nourrissent de cette dynamique et répondent, en parallèle au contexte historique de leur époque, en écho aux avancées scientifiques et à l’industrialisation, avec audace et innovation. Ainsi, leurs inventions deviennent un trait de modernité et les plus inventifs, tels que Picasso, Miro ou encore Calder, enrichissent l’art moderne à travers leurs idées et continuent d’inspirer les générations d’artistes à venir.

Oeuvres

Joan Miró, Personnage, oiseau

XI 1977

Pablo Picasso, Buste d'homme

1969

Alexander Calder

Sans titre, 1956
Huile sur toile
60,3 x 73 cm

Joan Miró, Oiseau migrateur posé sur un rocher en plein océan

1973

Pablo Picasso, Homme et femme nus

1971

Joan Miró, Femme, oiseaux

1974

Alexander Calder, Eastham

1947

Pablo Picasso

Femme tenant une fleur, 1971
Crayon sur papier
16 x 23 cm.

Pablo Picasso, Tête de taureau et scène tauromachique

1964

Alexander Calder, Circus

1974

Joan Miró, Sans titre

1er octobre 1972

Alexander Calder, Untitled - Maquette

c.1975

Actualités

Miró – Picasso, Celebración Picasso 1973-2023

20 octobre 2023 - 25 février 2024

Musée Picasso et Fondation Miró, Barcelone

A l’occasion du programme « Celebración Picasso 1973-2023 », une cinquantaine d’évènements célébrant Picasso sont organisés autour du monde, dont une collaboration inédite entre le musée Picasso et la fondation Miró. Concentrée sur deux thèmes, l’amitié entre les deux artistes et leur attachement à Barcelone, l’exposition rassemble plus de 250 œuvres à découvrir à la fois au […]

Miró – Picasso, Celebración Picasso 1973-2023

Recevoir les actualités de la galerie

S'inscrire