Fleury Logo

Simon Hantaï, Tabula, 1980

15 juin - 29 juillet 2022

Cette Tabula de 1980 constitue l’aboutissement des recherches picturales et spirituelles de Simon Hantaï. Une polychromie éclatante est ponctuée par des espaces blancs qui apportent à l’œuvre des respirations, aussi bien à l’intérieur des carrés que dans la trame qui les structure. Un grand format — mais pas monumental — permet d’observer en proportion harmonieuse la maturité de sa technique de pliage qui, à partir de 1980, aboutit à des carrés géants et déchirés, iconiques et reconnaissables dans les Tabulas Lilas (1982), ses dernières réalisations avant qu’il prenne son retrait aux yeux du public.

Figure majeure de l’abstraction d’après-guerre, Simon Hantaï a renouvelé en profondeur la pensée de la peinture. Une rétrospective d’exception lui est dédiée à la Fondation Louis Vuitton du 18 mai au 29 août, pour célébrer le centenaire de ce visionnaire (1922-2008). À cette occasion, nous sommes heureux de vous présenter cette œuvre emblématique dans toute sa plénitude et sa luminosité.

Simon Hantaï (1922-2008)

Tabula, 1980

Acrylique sur toile marouflée sur toile
Signé des initiales « SH » en bas à droite et daté « 80 »
149,5 x 117 cm l 58 7/8 x 46 1/8 in.

Provenance :
Galerie Fournier, Paris
Galerie Larock-Granoff, Paris
Collection particulière, Suisse

Littérature :
Didier Semin, Hantaï, Art Studio n°1, 1985, reproduit p.21

1980 et 1981 sont des années fastes pour Simon Hantaï. Il travaille rapidement. Il se nourrit de la lecture de Goethe, Buffon, Chevreul et des propos de Cézanne et de Matisse. Ses premières Tabulas sont souvent de grandes surfaces habitées par des petits carrés. Les vestiges de ses premières aventures de pliage des années 60 et 70 sont visibles dans une alternance des expressions monochromes et polychromes sur un fond neutre.

Hantaï peint au sol et le sens d’orientation devient secondaire. Il ne guide pas l’œil du spectateur et lui accorde une totale liberté de perception à la différence de la plupart des artistes. Étant le peintre qui ne voulait pas être artiste, il ne laisse nulle trace de sa main sur cette toile peinte à l’acrylique, se confiant lui-même sans retenue à la magie des hasards.

“Depuis le début, les pliages étaient destinés au lissage, au maximum de lissage possible. Bientôt l’apparition des matériaux acryliques m’aida en ce sens.”

Simon Hantaï, 1998

Hantaï est à l’apogée de son travail au moment de la réalisation de ce tableau. Huit années depuis le début de la série Tabulas, il s’est totalement libéré de ses hésitations, perceptibles dans les séries antérieures (Écriture, Panses, Meun, Études et Blancs) : entre écriture et peinture, huile et acrylique, ouvertures blanches et couleurs impénétrables.

Durant cette ultime phase d’expérimentation, Hantaï atteint à un point de maturité : les carreaux colorés et déchirés s’élargissent en parfaite proportion avec l’espace vide qui pénètre au fond de chacun d’entre eux. Les ouvertures blanches au cœur des carrés font jaillir les couleurs d’une qualité rare qui s’approche des pierres précieuses. Dans une application maîtrisée de l’acrylique qui lui permet de lisser radicalement la surface, les éclats colorés découpent la toile blanche. Il n’a jamais été aussi résolu dans l’exécution des zones peintes et non peintes.

“La peinture existe parce que j’ai besoin de peindre. Mais cela ne peut suffire. Il y a une interrogation sur le geste qui s’impose. Le problème était : comment vaincre le privilège du talent, de l’art, etc. ? Comment banaliser l’exceptionnel ? Comment devenir exceptionnellement banal ? Le pliage était une manière de résoudre ce problème. Le pliage ne procédait de rien. Il fallait simplement se mettre dans l’état de ceux qui n’ont encore rien vu, se mettre dans la toile. On pouvait remplir la toile pliée sans savoir où était le bord. On ne sait plus alors où cela s’arrête. On pouvait même aller plus loin et peindre le yeux fermés. ”

Simon Hantaï

Simon Hantaï, vers 1967. Photo Édouard Boubat.

Henri Matisse découpant des papiers gouachés, Vence, circa 1950. Photo archives AFP

Précurseur singulier, il se distingue comme un avant-gardiste qui prend toujours sa distance avec la sociabilité d’une école. Séduit par Breton puis brièvement par Mathieu au début de sa carrière artistique, Hantaï s’est éloigné du conformisme surréaliste et gestuel de deux groupes avant-gardistes pour suivre son besoin de s’inventer afin d’accéder à un état créateur plus intérieur et plus secret. 

Sa technique de pliage est un beau résultat de cette tension entre généalogie des maîtres et invention personnelle. Fortement inspirée par l’exposition de 1961 sur des papiers découpés de Matisse au Musée des arts décoratifs, la technique pliage devient sa signature. Dans une démarche d’assimilation et d’éloignement de Matisse qui coupait dans la couleur préparée plate, Hantaï peint dans la surface découpée blanche — un processus qu’il résume bien, « la toile est un ciseau pour moi… La toile cesse d’être écran de projection et coupe en elle-même. »

Homme profondément spirituel en quête permanente, il a essayé d’appartenir à des collectifs mais a toujours fini par se questionner et reprendre un chemin personnel. Son but ultime est de s’approcher de la vérité de la peinture jusqu’à l’abandon du geste de peindre. Pour lui, la peinture n’est pas qu’une chose physique qui mobilise le corps et qui laisse tout pouvoir au hasard comme Pollock le fait avec ses toiles magistrales, mais une cosa mentale, voire religieuse.

Simon Hantaï pliant une Tabula, Meun, 1975. Photo Édouard Boubat.

À voir à BRAFA 2022

 

Tabula (1980) est présentée parmi une sélection prestigieuse sur notre stand 25 à BRAFA 2022.

 

En savoir plus

Recevoir les actualités de la galerie

S'inscrire